Conseil

Stress, tensions relationnelles graves, violence au travail, burn-out… autant de facteurs qui handicapent la productivité mais qui affectent également gravement les personnes.
En Belgique, le coût de l’incapacité de travail était estimé à 7,1 milliards d’euros. Sur 400 000 personnes indemnisées, 28 000 le sont pour cause de burn-out et 60 000 en raison d’une dépression. Le stress est devenu la première cause d’incapacité de travail et son coût dépasse aujourd’hui le coût du chômage en 2015…

Au niveau d’une organisation, le coût est difficilement déterminable avec précision. Si le salaire individuel de la personne en arrêt maladie est rapidement pris en charge par la sécurité sociale, il demeure de nombreux coûts indirects liés à l’obligation de garantir sa place au collaborateur en arrêt maladie. Recours à des contrats à durée déterminée pour remplacer le travailleur absent, coût lié à la sélection, au recrutement et à la formation du remplaçant, diminution de la performance, peut-être de la qualité liée à un nécessaire temps d’adaptation, perte de savoirs, surcharge de travail des collègues, etc. Pour une entreprise de 1000 personnes, le coût annuel du burn-out serait estimé entre 300 000 et 500 000 euros.

Il est dès lors essentiel — et davantage encore dans le climat de récession économique que nous traversons — de changer les mentalités et de travailler en amont, au cœur même des entreprises à la prévention des affections mentales liées au travail. Au travers de son Pôle Entreprise, l’ASBL be Sense accompagne les dirigeants dans la mise en place d’une organisation plus inspirée et plus inspirante et aide le management et les équipes à apprendre à mieux travailler ensemble pour des équipes enthousiastes et impliquées.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
30 ⁄ 6 =